Chez Romain, art et décoration du XXe siècle

Depuis 2019, Romain Lebot nous accueille dans sa boutique d’art et décoration…

Depuis 2019, Romain Lebot nous accueille dans sa boutique d’art et décoration implantée au cœur du quartier des Antiquaires de Toulouse.

Chez Romain, art & décoration du 20e siècle
©Gwennaëlle Bourdon

En se promenant dans l’historique rue Bouquières, « De Fil en Déco » a été intrigué par une vitrine où les objets et les meubles de design scandinave des années 50 à 70 se mêlent à des vases sculpturaux en verre soufflé signés Olivier Mallemouche comme aux totems en céramique aux couleurs acidulées de Karim Rashid. Immersion « Chez Romain », marchand d’art passionné.

D’où vient votre passion pour l’art ?

Je tiens ma passion pour la brocante de mon père. Dès mon plus jeune âge, je me suis senti attiré par les meubles et la décoration des années 70 mais aussi par des objets plus anciens. J’ai d’ailleurs une vierge du XVIIIe siècle exposée à l’arrière du magasin. Avant l’ouverture de mon commerce, je travaillais déjà au Forum des Antiquaires, avenue des États-Unis. 

Une époque qui vous inspire ?

Je trouve que mes goûts évoluent avec le temps mais j’ai toujours un fort penchant pour le mobilier vintage scandinave d’époque et pour les objets du XXe siècle de manière générale. Les années 50 et 70 sont pour moi les années glorieuses du design. Je me dirige tout de même de plus en plus vers les designers émergents. Le leitmotiv quand je chine, c’est toujours d’acheter ce qui me plaît.

Chez Romain, art & décoration du 20e siècle
©Gwennaëlle Bourdon

Chinez-vous à l’étranger ?

Non, actuellement je chine uniquement en ligne sur des sites Web comme Ebay, Etsy ou encore Leboncoin. C’est comme de jouer au poker tous les jours, c’est de la bonne adrénaline. Récemment j’ai racheté le fonds d’atelier d’un sculpteur belge : Hugo Verheyen. À l’avenir, j’aimerais reprendre le chemin des brocantes, des dépôts-ventes et des vide-greniers.

Des évolutions dans la typologie de clients ?

Ce qui est certain c’est que depuis le Covid, les particuliers mettent plus de soin à décorer leur logement, pour avoir un intérieur unique. Ce que je constate aussi, c’est qu’il y a de plus en plus de passants très jeunes qui entrent dans ma boutique pour la visiter. Sinon mes clients ont majoritairement entre 30 et 60 ans.

Conseillez-vous vos clients à domicile ?

Oui, comme ça je peux leur dire : « non à cet endroit je ne mettrais pas tel meuble ». Car j’ai pour principe de ne pas vendre pour vendre. Il y a également beaucoup de particuliers qui me montrent des photographies de leur intérieur pour obtenir des conseils déco en boutique.

Chez Romain, art & décoration du 20e siècle
©Gwennaëlle Bourdon

La scénographie de la boutique, c’est vous ?

Oui, je gère la mise en scène de la vitrine et de la boutique de même que les publications sur les réseaux sociaux. Je suis aussi associé à des projets de décoration comme à l’occasion de l’ouverture du « Café Triplette », place Saint-Sernin. Avant de devenir marchand d’art, j’étais dans le domaine de la déco pour une société belge implantée à Paris.

La déco chez vous, c’est comment ?

La décoration chez moi est assez hétéroclite : on y retrouve évidemment des antiquités comme celles que j’aime proposer dans ma boutique. Mais j’ai aussi pas mal d’objets inspirés de l’archéologie. Il faut dire que j’ai travaillé durant plus d’un an au musée des Amériques, à Auch. C’est d’ailleurs la seconde collection d’art précolombien de France, après celle du Quai Branly !

Chez Romain, art & décoration du 20e siècle
©Gwennaëlle Bourdon

Des ambitions pour l’avenir ?

En plus du fait de retourner sur le terrain pour chiner, je remarque que j’ai tendance à transformer ma boutique d’Antiquités en véritable galerie d’art. J’y expose des œuvres comme celles de la plasticienne lituanienne Eglė Šimkutė ou de la designer et créatrice Hanin Salama, des Ateliers Sahin.

Une tendance déco pour 2023 ?

Je note un réel enthousiasme pour les luminaires, entre autres parce qu’il s’agit de pièces abordables, et un véritable désamour envers le style classique. Certainement parce que nos habitats ont changé, ils réclament des meubles plus épurés.

Chez Romain – 19, rue Bouquières 31000 Toulouse – 06 74 59 52 60 – romain.lebot@hotmail.fr – Site web : chez-romain.com – Insta : chezromain_

Commentaires

×