Une oasis de fraîcheur au coeur de Toulouse !

À l’abri des regards et du tumulte de la ville, cette maison bénéficie d’un emplacement idéal, à quelques minutes du centre de Toulouse.

Construite en 1929 par un ingénieur des mines, elle a tout de suite charmé les propriétaires par son fort potentiel et la singularité de son escalier en bois et en métal qui est resté d’origine. Pour mener à bien leur projet, ils ont fait appel l’architecte DPLG Sandra Manenc, aujourd’hui associée à Jérôme Meric, maître d’œuvre, au sein de l’Atelier M, pour prendre en charge la rénovation complète de la maison.

© Les Yeux carrés
© Les Yeux carrés

Un réagencement total

À l’origine, la maison ne disposait pas de terrain mais était positionnée au bas d’une bute. La première difficulté a donc été de décaisser les 500 mètres cubes de terre pour créer le jardin et la piscine à l’arrière de la maison, à l’abri total du vis-à-vis. L’agencement complet de la maison s’est alors articulé autour de ce projet.

La pièce à vivre dedans-dehors

Les chambres situées anciennement au rez-de-chaussée ont été détruites. Cet espace total de 65 mètres carrés est devenu la pièce à vivre ouverte sur l’extérieur. Grâce aux baies vitrées à galandages qui s’intègrent complètement dans les murs, la limite entre le salon et l’extérieur disparaît totalement selon les besoins pour offrir une vision d’ensemble sur le jardin et la piscine. À l’extérieur, le poteau de la façade a lui-même été déporté pour casser l’angle de la façade et accentuer ce phénomène de dedans/dehors. La pièce à vivre s’articule autour de trois espaces : le salon télévision, le salon de réception et la cuisine – salle à manger. L’ensemble est habillé au sol d’un plancher en bois qui apporte un certain cachet.

© Les Yeux carrés
© Les Yeux carrés

La cuisine minimaliste

La cuisine a été pensée dans un esprit minimaliste. Les propriétaires ne souhaitaient voir apparaître ni le four, ni le réfrigérateur, ni le micro-ondes… Grâce aux nombreux meubles de rangement qui ont été réalisés sur-mesure et à l’arrière cuisine, seuls les éléments nécessaires sont apparents comme les plaques de cuisson et l’évier ; sans pour autant limiter la fonctionnalité de la cuisine.

Les lignes de la cuisine traduisent également cette volonté d’une cuisine épurée mais chaleureuse qui s’intègre à la pièce à vivre, sans démarcation. Ainsi, les meubles sans poignées se fondent parfaitement dans le décor et le prolongement des caissons de cuisine vers le hall d’entrée permet de délimiter naturellement cet espace de circulation. Côté décoration, le plan de travail en Corian a été réalisé sur-mesure. Il s’accompagne d’un ensemble de chaises chinées et restaurées ainsi que de suspensions Dixon qui  ajoutent une touche design au lieu.

© Les Yeux carrés
© Les Yeux carrés

Le double salon

Le salon, dont la plupart du mobilier provient de chez Trentotto per Tutti à Toulouse,  est divisé en deux espaces par la présence des deux méridiennes positionnées dos à dos. Cette astuce a permis de gérer la largeur de la pièce pour la diviser en deux : le salon télévision et le salon de réception. L’ensemble des peintures intérieures a été réalisé par la société Prestobat à Beauzelle.

La suite parentale

Située au rez-de-chaussée, la suite parentale a été aménagée à la place de l’ancienne terrasse couverte qui donnait côté rue. Elle rassemble la chambre parentale, la salle de bains et un grand dressing pour une superficie totale de 50 mètres carrés. Comme dans la pièce à vivre, la chambre arbore des tons doux, contemporains mais chaleureux, comme le kaki ou le brun. Attenante à la chambre, la salle de bains affiche quant à elle un duo noir et blanc pour un rendu chic et sobre. La baignoire et le miroir, signés Boffi, participent tous deux à ce rendu ultra contemporain. Dans la chambre comme dans la salle de bains, le mobilier suspendu a été réalisé sur-mesure pour créer le rappel entre les deux espaces. Cette spacieuse suite parentale présente un autre avantage et non des moindres, un accès direct à la piscine par la porte vitrée.

© Les Yeux carrés
© Les Yeux carrés

Le jardin minimaliste

À l’extérieur, le jardin affiche un style minimaliste mais convivial, minéral mais accueillant. Agrémenté de palmiers, de paillettes d’ardoise et d’un gazon synthétique qui offre une teinte verte toute l’année, il offre tout le confort nécessaire aux propriétaires. L’été, lorsque les frontières entre l’intérieur et l’extérieur de la maison sont abolies, il complète la surface de la pièce à vivre sans aucune démarcation. Blotti à l’abri des regards, entouré par des palissades en bois, il est un véritable écrin de verdure en plein centre-ville.

La piscine, réalisée par la société Piscinea à Labège, participe totalement à cette douceur de vivre. Installée à quelques pas du salon, elle permet de profiter des plaisirs de l’eau à tous moments. De forme simple, elle s’accorde parfaitement à ce jardin minimaliste et au style extérieur de la maison qui affiche des teintes gris anthracite et blanche.

À l’intérieur comme à l’extérieur, la maison offre tout le confort nécessaire à ses propriétaires. Sandra Manenc, de l’Atelier M, a su offrir une nouvelle vie à cette bâtisse des années 20 en réorganisant complètement les espaces et en optimisant son potentiel au maximum.

© Les Yeux carrés
© Les Yeux carrés

 

Pas de réponse à “Une oasis de fraîcheur au coeur de Toulouse !”

  • Robert

    Je dois avouer que si on aime le style contemporain, cette maison à tout pour plaire. Du sol au plafond en passant par le mobilier, il n’y a aucune faute de gouts.

×