Willy Charps, rendez-vous en Onirie

Les lauréats des Trophées de la Déco recevront une sculpture de Willy Charps, artiste toulousain au style inclassable.

Willy Charps - De Fil en Déco
Willy Charps

 

Comment vous êtes-vous formé en tant qu’artiste ?

Je suis autodidacte, je n’ai suivi aucun cours de dessin ou de sculpture. Je n’ai pas de formation artistique. Petit, je dessinais beaucoup, mais mon rêve était de devenir coureur cycliste… J’ai dû accepter assez rapidement que je ne percerai jamais dans la discipline et je suis donc revenu à cette passion première. J’ai commencé la peinture avec les huiles de mon père qui était artisan peintre.

Comment définiriez-vous votre style ?

Il est toujours difficile de parler de soi et de ce que l’on fait. Je dirais qu’il s’agit d’un mélange de naïf, de singulier, de poésie. Parfois du grotesque, mais toujours dans le bon sens du terme. Un mélange d’ancien et de moderne, entre Moyen-Âge et Révolution industrielle. Je pense ne rentrer dans aucun courant artistique traditionnel même si j’ai une vraie identité. On reconnaît mes oeuvres entre mille. Je l’ai vécu plusieurs fois avec de parfaits inconnus qui faisaient le rapprochement entre différentes toiles exposées lors de salons très éloignés géographiquement.

Pas de nature morte dans vos oeuvres. Humains ou animaux les habitent toujours ?

J’ai eu plusieurs périodes avant de me concentrer en 2008 sur ce qui me parle le plus : l’humain. L’humain fragile, délicat, en équilibre ou déséquilibre. Dans des postures délicates. Pensif, rêveur… introspectif. Mes personnages sont toujours pieds nus, symbole de simplicité et d’attachement à la terre, même s’ils rêvent tous de voler. On retrouve dans les postures que j’affectionne autant l’introspection que la fragilité d’âme, la sagesse.

 Vous vous êtes récemment tourné vers la sculpture ?

 Après m’être concentré sur la peinture pendant plus de 15 ans, la sculpture s’est imposée depuis deux ans, sans pour autant que j’abandonne mes toiles. J’avais envie de modéliser en 3D mon univers. L’impression 3D n’étant pas encore vraiment au point pour tout ce qui touche à l’art, je me suis tourné vers l’argile. Après l’avoir travaillée et sculptée, je réalise un moulage à partir duquel je finalise des oeuvres en résine, plâtre, cire pour tirage bronze.

Aujourd’hui, vous définissez-vous plutôt comme sculpteur ou peintre ?

Ce sont deux choses bien distinctes qui ne m’apportent pas la même satisfaction. Par ses contraintes techniques, la sculpture limite beaucoup plus mon imaginaire que la peinture. J’y mets des émotions différentes, complémentaires parfois. J’ai besoin de continuer à peindre. Sculpter ne pourra jamais me suffire comme pratique même si, attrait de la nouveauté sans doute, aujourd’hui j’ai peut-être plus envie de sculpter que de peindre.

D’où tirez-vous votre inspiration ?

Beaucoup de choses m’inspirent. De très grands artistes comme Modigliani mais également mon quotidien, l’actualité, des livres, des chansons, certains mouvements comme le steampunk (NDLR : entre fantasy et science-fiction)… Je me nourris de mon environnement. Je note tout sur un calepin.

Que cherchez vous à transmettre à travers vos oeuvres ?

Beaucoup de gens aiment avoir une explication face à une oeuvre. J’essaye pour ma part de ne pas trop les diriger. D’expérience, l’émotion que je souhaite transmettre est en général bien perçue. En ouvrant quelques portes, via le titre de l’oeuvre par exemple, je laisse plus de liberté aux gens pour qu’ils trouvent aussi leur propre ressenti. Le message et la symbolique de mes oeuvres peuvent s’adapter ainsi au vécu et à la réflexion de ceux qui les regardent, sans contrainte, sans limite. J’ai vraiment envie que les gens se retrouvent dans mes oeuvres, qu’elles parlent à leur âme. J’aime que mon oeuvre soit un vecteur d’émotion, de questionnement, de partage.

Quel est votre rêve d’artiste ?

Réaliser un personnage grandeur nature. Mais il me faudrait un atelier digne de ce nom pour y arriver. Pour l’instant, je le partage entre peinture et sculpture et cela ne suffit plus.

Willy Charps - De Fil en Déco
Willy Charps

Biographie

Né à Poitiers le 3 septembre 1980, Willy Charps vit et travaille actuellement à Toulouse. Peintre et sculpteur, son travail mêle savamment poésie et imaginaire et invite tout un chacun à s’immerger dans un univers onirique où l’Homme occupe l’espace et le temps.


willycharps.com

Expositions d’été :

Salies-du-Béarn : du 2 au 15 juillet

Saint-Émilion : du 16 au 24 juillet

Andernos-les-Bains : du 2 au 8 août

Commentaires

×