Une adresse douce en toute saison

En Aveyron, les Bras ont ouvert la maison d’hôtes Val d’Aubrac, rénovée dans un esprit pur et contemporain.

Au calme et dans un cadre verdoyant, la maison Val d’Aubrac est située à l’entrée du village de Laguiole. « Notre idée était de proposer un autre lieu de villégiature à nos clients, explique Véronique Bras, pour vivre une expérience différente en famille ou entre amis. » Ce nouvel hébergement complète ainsi l’offre de la famille Bras, avec le restaurant et son hôtel de 13 chambres, qui se trouvent au Suquet, sur le plateau de l’Aubrac, à 6 km de là.

Une histoire de famille

« Nous souhaitions revenir aux sources, au coeur de Laguiole, là où l’histoire familiale a débuté avec l’ouverture du premier restaurant par les grands-parents paternels de Sébastien, Lou Mazuc, poursuit- elle. C’est l’affect qui a parlé pour la localisation et cette maison a été mon coup de coeur, avoue la propriétaire, avec vue sur le clocher de l’église. » Datant des années 90, cette bâtisse a été construite en pierres locales (granit et basalte) avec un toit en lauzes, le toit des maisons locales (le buron), et avec une petite tour rappelant l’église d’Aubrac.

©CREDIT MAISON VAL D'AUBRAC_BRAS_PHOTOS VINCENT Mc LURE_DSC09579-32

Une maison élégante

Elle a été rénovée en maison élégante, tout en gardant les codes du pays – dont le bois, le minéral et la pierre comme éléments prépondérants –, dans un esprit contemporain et confortable. Pour donner aux visiteurs la possibilité d’en profiter toute l’année, quelle que soit la saison, alors que l’hôtel du Suquet est lui fermé en hiver.

La touche personnelle des Bras

Après un an de travaux réalisés par des artisans locaux, conçus et supervisés par Jérôme Saysset, architecte d’intérieur à Albi, la maison Val d’Aubrac a accueilli ses premiers locataires en mai 2018. « Le choix des matériaux et de la déco a été primordial pour donner une ambiance personnelle et chaleureuse à cette maison, assure-t-il. Véronique et Sébastien ont voulu y apporter leur touche personnelle, comme si c’était chez eux. »

©CREDIT MAISON VAL D'AUBRAC_BRAS_PHOTOS VINCENT Mc LURE_DSC00253-191

Tons, contrastes et unité

Dans cette bâtisse de 330 m2, qui s’étale sur trois niveaux, les tons sont importants. Une palette monochrome a été utilisée, sur la base de la terre ocre naturelle, qui va du beige clair jusqu’au terre d’ombre très sombre. Jérome Saysset a plus joué sur les effets de contraste que de couleur, en opposant par exemple des murs sombres et clairs. Au sol, on retrouve en revanche dans une idée d’homogénéité le même béton ciré posé par Bleu Béton dans toute la maison.

Une piscine extérieure ET intérieure

Le rez-de-chaussée correspond à la zone de détente avec sa piscine extérieure, un beau couloir de nage, qui se prolonge par… un bassin intérieur ! Une réalisation de la société Diffazur, qui a projeté comme revêtement une résine de quartz. Un sauna complètera prochainement cet espace de détente qui a vue sur le jardin, grâce à de grandes baies vitrées coulissantes (sur l’eau !).

©CREDIT MAISON VAL D'AUBRAC_BRAS_PHOTOS VINCENT Mc LURE_DSC09768-75

Un claustra organique

Le second niveau est consacré à l’espace de vie. La salle à manger et le salon sont séparés par un claustra modulable en frêne local. De « forme organique », il a été dessiné sur-mesure par Jérôme Saysset. Il permet de moduler l’espace tout en laissant passer la lumière. Dans le salon, un insert noir de cheminée Spartherm est intégré dans un mur tout blanc. Il fait écho à une niche en tôle noire de même proportion faisant office d’étagère décorative et d’une autre niche verticale, dédiée au rangement du bois. « J’ai traité en contraste le noir et le blanc, en continuité du foyer, précise l’architecte d’intérieur. Le jeu des contrastes est présent ici comme en filigrane dans toute la maison. » Du plafond, tombe l’éclairage cane de Flos, tout blanc avec des petites tiges « qui participent à l’esprit naturel ». Pour donner à cette pièce une ambiance chaleureuse, les Bras ont choisi de beaux meubles, dont un très grand canapé en cuir fauve de Knoll et une table basse aux formes arrondies de la même marque.

Une table suspendue

Dans la salle à manger trône une grande table modulaire de chez Lago, qui peut recevoir jusqu’à 12 convives. Entourée de chaises éléphants de Kristalia, son plateau en bois massif est comme suspendu dans les airs, sur des piètements invisibles en dalles de verre. « Cela participe au côté léger, à l’effet aérien que nous avons voulu donner dans le séjour », précise Jérôme Saysset.

Une création scintillante

En arrière-plan, se dresse une création originale. Une inclusion de branches de saule avec des éclats de verre qui s’illuminent, le tout intégré dans du Dacryl. On dirait des paillettes vivantes ! Enfin, de grandes baies-vitrées ont été choisies pour apporter le plus d’éclairage naturel possible et ouvrir vers l’extérieur.

©CREDIT MAISON VAL D'AUBRAC_BRAS_PHOTOS VINCENT Mc LURE_DSC00012-132

Une cuisine réfléchie par Sébastien Bras

Dans cette pièce de vie entièrement décloisonnée, on accède à la cuisine. Avec son plateau en granit noir du Zimbabwe, elle a été  réalisée sur-mesure par le menuisier Lacombe et bien évidemment réfléchie par Sébastien Bras pour être fonctionnelle. Comme il la voulait simple, elle est sobre mais pratique. Détail original, les étagères traitées avec de la maille métallique tendue sur cadre, pourvues de panneaux coulissants pour les fermer mais garder de la transparence.

Meurtrières et anneau de gymnaste

Cette cuisine est située en bas de la tour. Deux ouvertures en forme de meurtrières ont été intégrées à la façade avant de la maison pour lui donner une touche plus contemporaine. La lumière artificielle y est cachée dans un plafond en baldaquin suspendu qui intègre les techniques (hottes) et l’éclairage. À ce niveau de la maison, se trouve également la première chambre, avec une salle de bain ouverte. Très épurée, sa touche ludique réside dans l’anneau en bois qui fait office de porte-serviette : il ressemble à un agrès de gymnastique ! Un élément de déco déniché chez Gomez, le fournisseur des sanitaires de la villa.

©CREDIT MAISON VAL D'AUBRAC_BRAS_PHOTOS VINCENT Mc LURE_DSC09965-120


Un escalier flottant

On accède au troisième et dernier niveau par un escalier original. En frêne local, il a été réalisé sur-mesure par Vincent Baldet. Léger et aérien, il semble flotter avec ses lames déployées qui servent de marches suspendues. À l’étage, la deuxième chambre est positionnée dans la tour, où l’effet cathédrale a été conservé grâce au plafond à la charpente apparente et à ses poutres peintes en blanc, permettant un jeu de lumières en fonction des moments de la journée. Les murs aussi sont contrastés, un en bois, un autre en vert de gris de la gamme AkzoNobel (la même marque dans toute la maison). Sur ce dernier, des miroirs de sorcière se démarquent, ils proviennent comme l’essentiel des objets de déco de la boutique ruthénoise Cactus.

Bois et béton à l’honneur

La troisième et dernière chambre est la suite parentale de 25 m2. Le bois y a été particulièrement mis à l’honneur : une tête de lit spécialement dessinée avec des planches de châtaignier reconstitué et l’écorce d’origine en pourtour, des placards et dessertes en bois brûlé… L’autre pièce maîtresse de cette suite est le grand luminaire Superloon de Flos. La salle de bain est quant à elle toute en béton, comme à l’hôtel du Suquet.

©Bleu Béton 

 

Photos : Vincent Mc Clure

Commentaires

×