Upcycling : vers un design éthique

Durable
Slow Concept

L’upcycling questionne sur notre manière de consommer au quotidien. À Toulouse, une boutique baptisée Slow Concept en a fait sa spécialité.Recycler, c’est récupérer un déchet pour le traiter et en faire à nouveau de la matière. L’upcycling apporte une dimension plus artisanale et créative. Il s’agit de transformer un objet en le détournant de sa fonction première et en lui apportant de la valeur ajoutée. Convaincue par cette philosophie, Audrey Teran a ouvert en mai 2014 Slow Concept, une boutique de créateurs parti- sans de l’upcycling.

Une boutique en toute transparence

La boutique propose une grande variété d’objets : bijoux, cosmétiques, décoration et arts de la table. Des produits transparents, au niveau de leur provenance comme de leur composition, « même si chaque pièce a été revalorisée, de telle sorte que l’on ne devine pas instantanément l’origine ni le vécu de la matière », précise Audrey Teran. L’intérêt est de toucher des personnes à la recherche d’objets design et pas obligatoirement sensibles au recyclage.

« Chaque objet est ludique, utile et attire l’attention de part son vécu insoupçonnable », ajoute Audrey Teran. Les fauteuils qui trônent dans la boutique sont revêtus de tissus provenant d’anciens stocks d’usines. Les créateurs qu’elle déniche les récupèrent directement auprès de fournisseurs.

Emilie Hulot

Créateurs investis et objets originaux

Le concept store compte une quarantaine de créateurs, dont une dizaine sont toulousains. Audrey Teran les rencontre grâce au bouche-à-oreille ou en se rendant sur de petits marchés. Au départ, certains créateurs qu’elle a sollicités ne pratiquaient pas l’upcycling. Elle leur a alors conseillé des alter- natives écolo pour se lancer.

Des lampes de chevet « boîte de conserve » sont disposées près du comptoir où Audrey Teran emballe les trouvailles de ses clients dans du papier cadeau recyclé lui aussi. Des bijoux de créateurs sont exposés sur un vieux meuble en bois brut.

Événements et ateliers

En quelques années, une véritable communauté s’est créée autour de la boutique et des événements organisés par Audrey Teran. Accompagnée de professionnels, elle propose des ateliers bien-être et déco- ration. Lors de ces moments privilégiés, elle livre des secrets de grand-mère oubliés et plus respectueux de l’environnement.

Audrey Teran aimerait tendre davantage vers la tendance « zéro déchet », en proposant de récupérer des vieux meubles. Pour l’instant, ces sauveurs d’objets design sont réorientés directement vers les créateurs.

www.slowconcept.fr

Instagram : @slowconcept

Emilie Hulot

Une terrasse en bois pour profiter des beaux jours

À l’approche de l’été, vous pourriez bien être pris par l’envie d’aménager une terrasse. Voici ce qu’il faut savoir avant de se lancer.

Ad2design

Quoi de mieux qu’une terrasse pour profiter des premiers rayons de soleil ? Cependant, un revêtement de sol ne se choisit pas à la légère. Matières et systèmes de pose, plusieurs alternatives s’offrent à vous. Petit tour d’horizon des différentes options.

Lames de bois ou caillebotis ?

Jugées plus élégantes, les lames de terrasse s’avèrent aussi plus complexes à poser. Leur dimension permet néanmoins de couvrir de larges surfaces. Pour un rendu uniforme, limitez les découpes et les raccords. Si vous préférez miser sur une déco décalée, optez à l’inverse pour des lames de différentes dimensions.

Aussi facile à installer qu’à retirer, le caillebotis est tout indiqué si vous êtes locataire et que vous souhaitez aménager une terrasse sans entreprendre de gros travaux. Les dalles carrées sont faciles à emboîter grâce à un système de clips. Petites terrasses ou grands balcons, le caillebotis s’adapte parfaitement aux espaces réduits. La surélévation de la terrasse est moindre, sauf s’il est nécessaire de l’installer sur des lambourdes à cause d’un sol porteur meuble ou humide. Une bonne astuce pour préserver les dalles des affres du temps. À l’inverse des dalles striées, les surfaces lisses sont plus faciles à nettoyer, mais s’avèrent aussi plus glissantes.

Bois naturel ou composite ?

  • Bois naturel

On aime les matières naturelles pour leur authenticité. La tendance est aux bois exotiques qui affichent des teintes à la fois chaudes et élégantes : des reflets dorés avec le bois Itoba, cuivrés avec le Padouk, ou un joli brun clair et lumineux avec le Cumaru.

Beaucoup plus robustes que les bois résineux, ils s’avèrent aussi plus onéreux et nécessitent des produits d’entretien adaptés.

Du côté des bois européens, préférez les essences résistantes comme le chêne, le châtaigner, le douglas, le mélèze ou encore le robinier. Pour éviter d’avoir des échardes plein les pieds, optez pour des résineux thermo-modifiés (THT), également connus sous le nom de bois rectifiés. Ce traitement écologique offre plus de confort, mais aussi une meilleure résistance aux moisissures et aux insectes.

  • Composite

Les lames de terrasse en composite présentent plusieurs avantages. Elles ne nécessitent aucun entretien, ne se fendillent pas, ne sont pas glissantes une fois mouillées, et ne créent pas d’échardes. Elles sont néanmoins plus onéreuses que les lames de bois naturel. Le composite est un mélange de bois et de matière polymère recyclée. Teinté dans la masse, il crée l’illusion parfaite et se patine avec le temps. Préférez des lames pleines et du bois composite européen. Bien que plus chères que le composite à base de bambou ou de cosse de riz, les lames européennes ne risquent pas de se décolorer ou de présenter des échardes.

Lapeyre

 

 

 

Astuces

  • Les lames avec deux faces d’utilisation offrent la possibilité d’être retournées dès qu’elles sont détériorées. 


 

  • Moins chères, les lames de bois fines présentent cependant plus de risques de se déformer. 


 

  • Les lames de bois naturel se dilatent en largeur, de même
que celles en composite qui se dilatent également en longueur. Il faut donc prévoir un espace lors de la pose. 


 

  • Une terrasse en bois ne nécessite qu’un ou deux grands nettoyages par an, principalement après les saisons humides et à l’approche de l’été. 


 

 

 

 


Plus qu’un toit

Deux adultes, cinq enfants. Quand on est aussi nombreux, pas toujours facile de se loger, encore moins en centre-ville de Toulouse. Accompagnés par l’architecte d’intérieur Jean Charrière, Estelle et Sébastien ont trouvé une solution originale pour installer
leur grande famille recomposée.

Pour le couple qui recherchait un logement coup de cœur disposant de quatre chambres et d’une terrasse, l’équation s’avérait en effet difficile à résoudre. La solution est venue d’une opération originale : l’achat d’un toit-terrasse d’immeuble, associé à un permis de construire pour une surélévation (réalisée par l’entreprise RCB).

L’appartement déploie aujourd’hui ses 125 m2 sur deux niveaux, au dernier étage d’un vieil immeuble toulousain, et comprend une terrasse de 35 m2. Au sol, un plancher en chêne rend les lieux tout de suite cocooning. Aux murs, le bleu, dans toutes ses nuances, domine. Plinthes et portes sont blanches, pour la lumière. « Au départ, tout ce qui était métal devait être noir, et les murs blancs, mais Estelle a trouvé des exemples de déco en bleu qui lui plaisaient, on a donc revu le chantier en conséquence », explique Jean Charrière, l’architecte d’intérieur. Travailler ensemble était une évidence pour eux, pour avoir déjà collaboré, ironiquement sur un projet de souplex. « Il comprend mes attentes à demi-mot », détaille Estelle. « En tant qu’architecte d’intérieur, mon rôle n’est pas d’imposer mais d’accompagner », confirme l’homme.

Vivre de plain-pied

Le premier niveau de l’appartement s’est ainsi construit autour d’une contrainte imposée par la nouvelle propriétaire : l’envie de vivre de plain-pied en l’absence des enfants.

Toutes les pièces de vie ainsi que la chambre parentale et la salle de bain attenante sont ainsi concentrées sur cet espace, tandis que les chambres des enfants et leur salle d’eau occupent l’étage.

Si, dans les grandes lignes, le couple et son architecte d’intérieur ont respecté le permis de construire d’origine, ils ont apporté leur patte au projet. Principale modification, le déplacement de l’escalier qui permettait d’accéder à l’appartement. Décalé, il a laissé place à la cuisine. Semi-ouverte et réalisée sur-mesure par l’entreprise d‘aménagements Interior Technic, elle donne en partie sur la terrasse via une porte et une fenêtre à galandage, une idée de Jean Charrière pour l’ouvrir complètement aux beaux jours, façon cuisine d’été. Les façades des meubles sont laquées en gris anthracite.

Dans la tendance du moment, le plan de travail et la crédence sont quant à eux en Silestone effet marbre. Pour casser l’effet noir et blanc, des meubles hauts et un mange-debout apportent leur douceur via leur placage bois Oberflex. On remarque des interrupteurs à la fois vintage et moderne qui renforcent l’ambiance maison de famille. La musique qu’on y entend provient d’enceintes Bose intégrées dans tout l’appartement.

En décalage

Il faut monter deux marches pour rejoindre tant la terrasse que la pièce de vie. Un décalage de niveau qui donne un charme atypique à l’ensemble. Idem dans la pièce de vie où la marche qui court le long des 5 m de baie vitrée est même devenue « the place to be » : pour téléphoner, lire, rêvasser… L’architecte d’intérieur a sciemment choisi une marche large pour inviter à des usages multiples.

Dans cette pièce de vie, un impératif pour la famille : disposer d’un espace où l’on respire. Pari gagné avec ses 6 m sous plafond au plus haut. Dominée par la coursive qui dessert les chambres à l’étage et sa balustrade discrète en acier, la pièce déroule 50 m2 (en comptant les 10 m2 de cuisine). Dimensionnée pour accueillir une grande famille, que ce soit pour profiter du salon ou pour partager les repas, elle mélange les styles. Les grands noms du design côtoient avec réussite les marques de grande distribution.

Nous sommes sept !

Au salon, un grand canapé gris Musterring déniché chez Cerezo permet de s’asseoir à sept ! Devant lui, une table Ikea apporte sa touche bois. Le tout fait face à un banc en béton brut coffré qui offre une assise supplémentaire et accueille également la cheminée à bois avec insert fermé. Celle-ci peut servir de chauffage d’appoint même si elle a été choisie en premier lieu pour l’agrément. Réparties dans toute la pièce, des lampes diffusent leur chaleur. Un lampadaire Artemide, acheté chez Galvani, complète les spots en apportant une lumière indirecte. La plupart des luminaires sont issus de chez Voltex mais aussi de bons plans déco trouvés sur internet.

Dans la salle à manger, une suspension Petite friture attend la table pour huit à dix personnes qui devrait être prochainement livrée par l’enseigne toulousaine Trentotto. Un moyen d’occuper la grande hauteur sous plafond, sans écraser les convives.

Deux points forts dans cette grande pièce de vie : la grande baie vitrée de plus de 5 m avec brise-soleil horizontaux, qui apporte profondeur et luminosité, et, face à elle, une bibliothèque Tylko à la fois légère et monumentale. Un bon plan déco modulable à l’envi et très facile à assembler.

Photo et espace nuit

Il faut une fois encore descendre deux marches pour passer du séjour à l’espace nuit des parents. Sur 35 m2, le couple dispose d’une chambre, d’un dressing, d’une salle de bain, d’un wc séparé et d’une buanderie. Touche d’originalité, c’est une porte verrière qui permet de passer du salon à la chambre. Dans cette dernière, la déco s’est construite autour d’une photo de la surfeuse Victoria Vergara réalisée par le spécialiste de la photo de surf Sylvain Cazenave et offerte à Estelle pour un anniversaire. On retrouve le nuancier de bleu déjà utilisé dans la pièce de vie. Le lit, encadré par deux suspensions Ikea fait face à un bloc central qui, en plus d’abriter un téléviseur, sépare la chambre proprement dite du dressing. Estelle a voulu ce dernier fermé et a trouvé cette fois encore son bonheur chez l’incontournable Suédois.

Pointe de « folie »

Petite « folie » dans la salle de bain : une baignoire en béton, « interdite aux enfants ! », s’amuse la propriétaire. Dotée de trois marches pour y accéder, elle a été réalisée sur-mesure par un maçon avant d’être travaillée par Art Lily. Un pare- douche façon verrière, trouvé chez Leroy Merlin, conforte la touche industrielle de la pièce. Une double vasque de Bain et design et un grand miroir complètent le tout.

Un étage en harmonie

Dernier espace : l’étage des enfants. Un escalier en bois, réalisé par l’entreprise EAB, sans contremarche pour la légèreté, peint dans une teinte de gris bleu juste au-dessus de celle de la cuisine, dessert l’étage. On y retrouve trois chambres de 13 à 14 m2. Chacune dispose d’un dressing en sous-pente, d’un velux qui donne sur l’extérieur et d’une fenêtre façon verrière (fixe et dotée d’un volet) orientée vers la coursive. « Une façon de gagner de la profondeur tout en conservant l’intimité des enfants », appuie l’architecte d’intérieur Jean Charrière. Pour conserver l’harmonie de l’appartement, les enfants ont choisi la couleur de leurs chambres selon un nuancier qui rappelle les pièces de vie. Cinq brosses à dent attendent sagement dans la salle d’eau qu’ils se partagent. Là aussi, une petite touche d’originalité vient casser les codes avec des carreaux de l’Atelier Zelij au sol et des carreaux blancs posés à l’horizontale en décalé façon métro dans la douche.

Photos : Jean Charrière


Volets motorisés : vous saurez tout !

© SIB

Il n’est désormais plus nécessaire de se fatiguer ou de mettre le nez dehors grâce aux volets motorisés. 

Les volets n’échappent pas au progrès et peuvent être reliés au système domotique de la maison ou à une application mobile. Autonomes, certains simulent une présence lorsque vous êtes en vacances, s’ouvrent et se referment en fonction de l’ensoleillement, détectent les obstacles, et se verrouillent automatiquement une fois baissés.

Volet roulant

Avantages : Lorsque votre façade n’offre pas de dégagement, les volets roulants sont tout indiqués. Ils améliorent le confort thermique été comme hiver, et dissuadent les éventuels cambrioleurs. Les lames ajourées permettent également d’avoir une occultation totale ou partielle. 

Inconvénients : Lorsque le cadre d’un volet roulant est posé en façade, il réduit la luminosité en créant une ombre.

Aspect technique : Le volet peut être logé dans un coffre tunnel intégré à la maçonnerie, ou placé dans un coffre menuisé situé à l’intérieur de la pièce. Il peut aussi être installé en façade, sous linteau avec enroulement intérieur, ou enroulement extérieur. 

Il existe trois types de volets roulants motorisés :

Les volets à alimentation filaire : directement relié au réseau électrique. Chaque volet est fermé individuellement grâce à une télécommande murale.

Les volets contrôlés à distance par voie radio : une télécommande manuelle ou fixée au mur permet d’avoir un contrôle individuel ou groupé sur les volets.

Les volets à commande solaire : situé sur le coffre, un capteur solaire conserve l’énergie nécessaire pour commander le volet.

Volet battant motorisé

Avantages : Les volets battants, très esthétiques, apportent un certain cachet à la façade. Ils offrent aussi une protection efficace contre le bruit, la chaleur, le froid, et les infractions. Les volets persiennés ont également l’avantage de filtrer la lumière.

Inconvénients : Il est impératif de disposer d’un espace suffisant en façade pour en installer. 

Aspect technique : Le système peut être posé sous linteau, en appui de fenêtre, ou au niveau du garde-corps. La majorité des systèmes sont personnalisables en fonction des volets, de leur couleur ou de celle de la façade. 

© Leroy Merlin

Volet coulissant motorisé 

Avantages : Ils conviennent parfaitement à de grandes façades et de larges baies vitrées. Une fois fermés, ils sécurisent l’accès aux ouvertures en votre absence. 

Inconvénients : Il est nécessaire d’avoir une grande façade pour en installer. 

Aspect technique : Les volets coulissent tout le long d’un rail motorisé. 

 


Aspect règlementaire 

  • Plans locaux d’urbanisme (PLU) : il peut être interdit de changer d’ouvertures ou de volets. Il est donc nécessaire de se renseigner auprès de votre mairie. 
  • Bâtiments de France : ils peuvent faire obstruction si votre habitation est classée, ou si vous habitez à proximité de certains lieux historiques. 
  • Immeuble en copropriété : l’accord du syndicat de copropriétaires est incontournable. 

En cas d’interdiction d’enlever des volets battants, il est possible d’installer un volet roulant avec un coffre situé sous le tableau de la fenêtre. Si vous n’avez pas non plus l’autorisation, vous pouvez toujours motoriser les volets battants.


 


Des suspensions magistrales défient la gravité

Au-delà de leur simple fonction d’éclairage, les suspensions sont de véritables objets de décoration et les designers ne semblent pas en manque d’inspiration.

Suspension géante, horizontale, blanche © Foscarini - Jamaïca
© Foscarini – Jamaïca

Matières à éclairer

En matière de suspension, tout semble désormais permis. Des plus légères en papier qui apportent de la douceur à nos intérieurs, à celles en béton naturel qui semblent défier la force d’attraction gravitationnelle et se prêtent davantage à un loft au style industriel. 

Grande suspension de couleur © Foscarini - Chouchin
© Foscarini – Chouchin

Pour en voir de toutes les couleurs

Pour rompre avec la monotonie d’une pièce, n’hésitez plus à jeter votre dévolu sur une imposante suspension colorée. Les teintes acidulées et la forme originale du luminaire acoustique Donut, de chez Orbit, sont parfaites pour réveiller une pièce un peu froide ou trop classique. Une mousse absorbe les ondes sonores et la chaleur les réduit pour un confort acoustique optimal. 

En ce qui concerne la suspension Chouchin, disponible chez Foscarini, Ionna Vautrin a quant à elle préféré utiliser des couleurs orangées. Une teinte qui fait écho à la tendance vintage qui déferle sur nos intérieurs.

Suspensions géantes qui absorbent le bruit © Orbit - Donut
© Orbit – Donut

Suspendu à leurs formes sculpturales

Véritables œuvres d’art, certaines suspensions se font aussi sculpturales que magistrales, comme le modèle Jamaïca du designer Marc Sadler. Réalisée à partir d’une fine couche de papier, elle inspire une sensation de légèreté malgré son volume imposant.

Pour réaliser La Cloche, un modèle épuré créé pour Le Klint, le designer français Aurélien Barbry a opté pour du PVC blanc plissé, dans le respect des traditions artisanales danoises. Le bois et les matières naturelles marquent leur grand retour, et les suspensions ne font pas exception à la règle. La lampe Zappy, designée par Niklas Jessen, se distingue par ses écailles en bois de chêne qui s’ouvrent et se referment délicatement avec les changements de température ambiante.

Quant aux suspensions Wireflow de chez Vibia, elles semblent réinterpréter l’esthétique des chandeliers. Leurs formes modernes aux lignes élancées se découpent sur les murs. 

Suspension en PVC blanc plissé © Le Klint – La Cloche
© Le Klint – La Cloche

La domotique au service de votre sécurité

Pour être bien chez soi, il faut d’abord s’y sentir protégé. Face à un sentiment croissant d’insécurité, les professionnels de la domotique ont su innover.

Système de sécurité discret et design © Somfy One
© Somfy One

Désormais, les maîtres mots en matière de sécurité sont discrétion et efficacité. La domotique s’est également imposée pour une gestion simplifiée de la protection de nos maisons. Petit tour d’horizon des dernières innovations.

Des caméras multifonctions

Ne vous fiez pas à la petite taille des caméras connectées. En plus de son système vidéo HD, de son grand angle à 130 degrés, de sa vision nocturne et de son zoom puissant, la caméra Somfy One offre des avantages surprenants. Son installation ne prend que quelques minutes, le temps de la connecter à l’application dédiée. Elle vous rappellera d’activer la détection de mouvements dès que vous sortirez, et vous pourrez fermer son volet motorisé lorsque vous souhaiterez préserver votre intimité. Autre innovation, il est possible de la connecter aux détecteurs de fumée et de monoxyde afin qu’elle reconnaisse leur alarme et puisse vous alerter.

Une application smartphone pour ouvrir sa porte d'entrée. Sécurité et domotique. © Vachette
© Vachette

Des serrures connectées

Il est désormais possible de rentrer chez soi sans ses clefs. Grâce au système Nuki Smart Lock, c’est votre Smartphone qui prend le relais. Une fois configuré avec l’application, et installé en toute simplicité sur la partie intérieure de la porte d’entrée, la porte se verrouille dès que vous sortez, et s’ouvre à votre arrivée. Les allées et venues peuvent être surveillées grâce à un journal d’activités. Chez Vachette, la serrure connectée ENTR offre la même technologie et vous permet également de déverrouiller la porte d’entrée à l’aide de vos empreintes digitales.

Des serrures connectées. Sécurité et domotique. © Nuki
© Nuki

Des alarmes innovantes

Aujourd’hui, les alarmes ne se limitent plus à un bruit strident qui dissuade les cambrioleurs et alerte le voisinage. Le système de protection Mediaveil offre un rempart aux intrusions grâce à des barrières infrarouges situées à l’extérieur de la maison. Le capteur prend alors des photos et la présence d’intrus est signalée au centre de télésurveillance, même si le réseau téléphonique est coupé ou brouillé. Si les malfaiteurs pénètrent dans l’habitation, la sirène se déclenche et les opérateurs peuvent s’adresser aux cambrioleurs par le biais de haut-parleurs. S’ils persistent, un brouillard opacifiant envahit l’ensemble de l’habitation.

Système de protection de la maison. Brouillard aveuglant © Mediaveil Verisur Securitas
© Mediaveil Verisur Securitas

Des ampoules intelligentes

Encore plus astucieuses qu’une simple minuterie d’éclairage, les ampoules connectées simulent habilement une présence dans la maison. Le système Comfylight garantit une protection ingénieuse grâce à une ampoule LED connectée à une application mobile. L’ampoule est en effet équipée d’un capteur de mouvements qui offre le confort d’un éclairage automatisé et enregistre vos habitudes. Lorsque vous êtes absents, l’ampoule simule vos déplacements en allumant et éteignant les différentes pièces de la maison comme si celles-ci étaient occupées. Si un intrus pénètre malgré tout dans votre habitation, une alerte vous sera directement envoyée sur votre téléphone. 

Ampoule intelligente. Décurité et domotique de la maison © Comfylight
© Comfylight

Des murs sur-naturel

Matières

Que ce soit en papier peint ou en peinture, les matières utilisées aujourd’hui pour orner nos murs se révèlent innovantes et surfent sur la tendance du naturel. Encore faut-il les connaître. Sélection.

De l’écorce de bananier

La marque Casamance joue par exemple sur l’empreinte végétale. Dans sa collection « Manado », l’éditeur français s’exprime à travers un assemblage précieux de textures naturelles. L’écorce de bananier y est mixée à du papier froissé, sur support intissé. Ce revêtement mural authentique allie ainsi les techniques de l’art et de l’artisanat.

Murs originaux en écorce de bananier © Casamance
L’écorce de bananier est assemblée à du papier froissé sur ce support intissé. © Casamance

Coquillages et nénuphars

Chez Omexco aussi on a pensé au bananier, en intégrant des lamelles de bakbak (écorce de bananier) à des rubans de soie sari dans la gamme « Rainbows ». Spécialisée dans les matières, la marque belge de revêtements muraux haut de gamme va plus loin et décline divers matériaux naturels. Dans la collection « Capiz », c’est le coquillage nacré du même nom qui est sublimé. Des éclats de coquillages organiques ont été laminés un par un sur un support intissé.

Le liège est mis à l’honneur pour « Cobra », avec une impression sur ce produit naturel renouvelable, qui provient de l’écorce du chêne-liège. Avec « Nomad», ce sont des feuilles de nénuphar qui sont tissées avec des coloris vifs et chatoyants. Du côté de « Minerals », toujours chez Omexco, le revêtement est composé de mica – un minéral issu du quartz et du granit – et de perles de verre.

Papier peint est constellé d’éclats de coquillage capiz.© Omexco
Ce papier peint est constellé d’éclats de coquillage capiz.© Omexco

Le conseil

Optez pour l’intissé ! Concept révolutionnaire de papier peint, il est plus solide, pratique à utiliser, facile à poser et à décoller. C’est un véritable papier peint malin, obtenu par un assemblage de fibres. Son épaisseur et son grammage sont des camouflages idéaux pour les murs abîmés ou irréguliers.
Sa pose est un jeu d’enfant : l’intissé allie facilité et rapidité d’utilisation puisque la colle s’applique directement sur les murs, sans humidification préalable du support. Sa solidité permet de découper les lés au cutter une fois posés.

La noix de coco, pourquoi pas ?

Chez Élitis, c’est la noix de coco qui tient la corde. La maison toulousaine a misé sur ce fruit exotique. « Coco Shells » permet de créer des mosaïques avec des plaques colorées, composées à 100 % de noix de coco naturelles sur support filet polyester. Les sphères sciées sont positionnées en petits damiers, réalisés et peints à la main sur des résilles de 30 cm x 30 cm. Si vous optez plutôt pour la collection « Océania », ce sont des écorces de cocos déchirées qui s’assemblent en bandes aléatoires sur un fond de papier uni coloré.

Au mur, une mosaïque de noix de coco naturelles.© Studio Érick Saillet
Une mosaïque de noix de coco naturelles.© Studio Érick Saillet

Du sisal et de la jute

D’autres matériaux naturels, comme le rotin, le bambou, le roseau et le sisal, gagnent en popularité. Ils confèrent eux aussi une touche d’exotisme à vos intérieurs. Dans cette veine, Arte a conçu « Oculaire ». Ce revêtement mural, fait à la main en fibres de sisal – une fibre très solide provenant de la plante d’agave –, décline des motifs contemporains et graphiques.

Au mur, un design graphique est réalisé grâce à des fibres de sisal. © Arte
Ce design graphique est réalisé grâce à des fibres de sisal. © Arte

Dans la collection « Revera », c’est la toile de jute qui a été travaillée pour en faire un revêtement original : le motif « Align » révèle un patchwork dont les morceaux de jute ont été directement cousus les uns aux autres.

En bois recyclé

Les panneaux muraux, qui apportent du relief, sont aussi très tendance. Ces plaques décoratives, qui s’installent sur tout un pan de mur ou une seule partie selon l’effet recherché, font également appel aux matières naturelles. Panneaux en bois, en bambou, en écorce de coco, en fibres de canne à sucre recyclées… Wall’in développe pour sa part une gamme de panneaux décoratifs en teck recyclé, Teakwall. Aucun panneau ne ressemble à un autre. Chaque pièce est unique et a sa propre histoire, le teck recyclé provenant d’anciens bateaux de pêche et de maisons traditionnelles d’Indonésie.

Des panneaux muraux en teck recyclé agrémentent ce mur. © Wall’In
Des panneaux muraux en teck recyclé agrémentent ce mur. © Wall’In

 

Au mur, des feuilles de nénuphars tissées dans du papier peint. © Omexco
Ce sont des feuilles de nénuphars qui sont tissées dans ce papier peint. © Omexco

Peinture naturelle ou minérale

Si vous choisissez de vous focaliser sur la couleur, alors la peinture sera votre meilleure alliée. Là aussi la tendance est au naturel.

Pure & Paint propose des peintures écologiques, naturelles et végétales. Fabriquées en France, elles sont composées à plus de 95 % de matières premières naturelles, locales et renouvelables, dont l’huile de colza, de lin et de bois. Avec un nuancier de plus de 1 200 teintes, vous n’aurez que l’embarras du choix.

Peinture naturelle de Pure & Paint
Des couleurs vives et profondes pour la peinture naturelle de Pure & Paint. © Pure&Paint

Chez Keim, les peintures sont minérales… depuis 1878 ! C’est le docteur allemand Wilhelm Keim qui a inventé ce processus. La formule, même si elle a été quelque peu améliorée, est toujours la même : les peintures sont composées de matières premières naturelles. Le liant (du silicate de potassium), la charge minérale (provenant du gypse ou de la silice) ainsi que les pigments sont 100 % naturels. Ce qui permet de garantir la tenue de la teinte sur les façades extérieures. On retrouve ainsi les peintures minérales de Keim sur de célèbres bâtiments : la Maison Blanche, le Mur d’enceinte du Kremlin, l’Opéra de Sydney ou encore le Mucem à Marseille !

Peinture minérale, pour plus de naturel
Coloration intérieure avec la Polychromie du Corbusier. © Keim

Pour l’intérieur, ces peintures minérales ont été sélectionnées par la Fondation Le Corbusier, pour développer les couleurs de sa gamme Polychromie. Un panel de 63 teintes officielles qui ont la particularité de s’assembler toutes les unes avec les autres, en parfaite harmonie. Des couleurs mates et intemporelles dans lesquelles piocher pour décorer votre intérieur en vous inspirant de l’un des plus célèbres architectes du XXe siècle.

Le bon plan

Vous n’êtes pas obligé de recouvrir tous vos murs !

Un seul pan, un seul lé de papier peint ou une seule bande de peinture peuvent suffire à rendre votre pièce exceptionnelle.

Encore mieux, vous pouvez les utiliser pour décorer une tête de lit ou un panneau de cheminée, comme un accessoire déco à part entière. Une petite touche qui fera toute la différence.


Béton translucide : entre ombre et lumière

Sous sa forme translucide, le béton devient très esthétique, permettant de laisser filtrer la lumière et de produire des contrastes fascinants.

 Si le béton est l’un des matériaux de construction les plus répandus dans le monde, il n’est pas vraiment réputé pour son côté esthétique. Et pourtant, sa cote de popularité pourrait gonfler grâce à sa version translucide. Cette dernière est en effet de plus en plus utilisée par les architectes, que ce soit dans des projets d’envergure ou sur de plus petites réalisations qui prennent à cette occasion des allures de tableaux en ombres chinoises.

L’établissement thermal allemand de Bad Staffelstein concentre dans sa coque en béton translucide plus de 2 millions de fibres optiques. © Lucem

Car ce matériau innovant – et impressionnant –, qui laisse passer la lumière grâce à des éléments optiques intégrés, que ce soient des fibres ou de la résine (seulement 4 % du volume suffit, ce qui rend le mélange invisible à la surface), peut aussi bien être utilisé dans la structure des bâtiments d’architecture fine en façade que pour le revêtement de murs intérieurs. Il est à la fois ultra performant et très décoratif.

Des effets d’optique spectaculaires

L’effet est très visuel ! Par jeu de transparence, les ombres projetées d’un côté apparaissent ainsi comme des silhouettes à travers le matériau. La conduction de la lumière, sans perte à travers les éléments optiques intégrés, permet la transmission à la fois de lumière, d’ombres et même de couleurs à travers le béton. Une source lumineuse, qui peut être artificielle ou naturelle, positionnée derrière le panneau de béton, apparaît facilement et le rend translucide. Le béton scintille.

Inspirée par ce matériau, l’imagination des architectes peut aller très loin. L’un des derniers projets particulièrement visuel et coloré est celui de l’établissement thermal allemand de Bad Staffelstein, en Bavière. Les architectes du cabinet Krieger Architekten ont conçu une grotte artificielle en forme de cristal de sel, fabriquée avec le béton translucide de la société Lucem GmbH, permettant à la coque de s’allumer grâce à plus de 2 millions de fibres optiques. Tout en utilisant un éclairage LED programmable (par ordinateur ou par smartphone), qui peut être ajusté avec différentes ambiances aux couleurs variées, statiques ou mobiles, en synchronisation avec de la musique. Ce résultat impressionnant montre comment le béton translucide peut sublimer des projets ambitieux dans le milieu de l’architecture.

©Lucem

Nouvelle génération

Inventé par l’architecte hongrois Aron Losconczi en 2001, le « béton léger translucide » (en anglais « Light Transparent ou Transmitting Concrete » ou « LiTraCon ») est un béton de nouvelle génération qui se présente sous forme de briques, dans lesquelles il a eu l’idée lumineuse d’insérer des fibres optiques. Le LiTraCon est mis sur le marché en 2004 par une société créée sous ce même nom. En 2009, elle met au point des panneaux utilisant de toutes petites unités circulaires de plastique spécial pour la translucidité au lieu de fibres en verre.

Ce matériau révolutionnaire a depuis été décliné par d’autres fabricants (l’Allemand Gasser Fassadentechnik, l’Autrichien Luccon…), intégrant dans des panneaux soit des fibres optiques, soit de la résine polymère. Comme cela a par exemple été le cas pour le désormais devenu célèbre pavillon italien de l’Exposition universelle de Shangaï, en 2010. Une réalisation des Ciments Calcia, du groupe Italcementi, utilisant le produit I-light. Sur la façade, ont été posés plus de 3 700 panneaux transparents, sur une surface de près de 1 900 m2, sous le contrôle de l’architecte Giampaolo Imbrighi.

Le pavillon italien du groupe Italcementi lors de l’exposition universelle de Shangaï, en 2010. ©Italcementi Group

De bonnes performances

Bien plus qu’un matériau high-tech, le béton translucide est surtout ultra-résistant. Ses qualités sont multiples. En raison de la proportion relativement faible d’éléments coulés à l’intérieur, sa solidité et sa résistance sont en effet équivalentes à des bétons à haute performance. Les panneaux sont résistants et isolants. Les performances mécaniques sont élevées, que ce soit au niveau thermique, de la perméabilité à l’air ou face à la résistance au feu. Ce matériau est également recyclable pour une bonne intégration environnementale. Selon son utilisation, il peut aussi permettre de réaliser des économies d’énergies en matière de recours à la lumière naturelle, de climatisation et de chauffage.

©Lucem

Des utilisations multiples

Grâce à lui, les façades extérieures, opaques de jour, se transforment en lanternes magiques la nuit, une fois éclairées artificiellement de l’intérieur. Les panneaux de béton translucide ne remplacent pas les vitrages mais permettent de créer une ambiance lumineuse particulière, utile également dans le cloisonnement intérieur.

Il est donc de plus en plus utilisé dans la construction (parois extérieures, cloisons intérieures, intégration dans les murs ou même les sols) mais aussi dans le design et dans l’industrie des meubles. Pour la réalisation d’éléments décoratifs ou meublants, comme par exemple des comptoirs de bars, meubles d’accueil pour les hôtels, vasques de salle de bain, têtes de lit, tables et armoires lumineuses… mais aussi comme garde-corps. Tout en se déclinant dans divers coloris : noir, gris, anthracite et blanc, des teintes qui peuvent elles-mêmes laisser filtrer toutes les couleurs.

En matière de déco, on trouve même en béton translucide des objets design comme des lampes, mais ces produits sont encore loin d’être démocratisés en termes de budget.

 

©Lucem

Sous l’escalier, la bonne idée

Qu’il s’agisse de l’aménager de manière pratique ou de le sublimer, le dessous d’un escalier ne demande qu’à être utilisé. Voici quelques idées pour faire de cette surface étriquée, un recoin à la fois pratique et esthétique.

Miser sur la fonctionnalité

Lorsque les rangements viennent à manquer, chaque mètre carré a son importance. Il serait ainsi dommage de délaisser l’espace sous l’escalier, qui, avec un peu d’ingéniosité, peut se révéler très utile, et pourquoi pas devenir l’atout décoration de votre maison.

©AtmosFer-LaurentBarranco

Hifi : l’enfoncement sous l’escalier est idéal pour y installer le mobilier hifi. L’atelier Atmos.Fer a ainsi créé une structure légère et harmonieuse, associant un escalier à claire-voie et un meuble de rangement qui constitue en lui-même les trois premières marches.

Les étagères, soigneusement fixées dans l’alignement des marches, donnent un aspect très graphique à l’ensemble.

Bureau : l’espace sous escalier est idéal pour accueillir un coin bureau ou un petit secrétaire. Si un simple meuble design surmonté d’étagères peut très bien faire l’affaire, intégrer le plan de travail sur-mesure à la structure même de l’escalier apporte un certain cachet. L’atelier Atmos.Fer a ainsi conçu un ouvrage conjuguant le bois et le métal, pour un résultat chaleureux et contemporain. Il a fallu faire coïncider le bureau avec une marche pour donner toute son élégance à l’escalier.

©Archea

Rangement : besoin de rangements ? Des placards sur-mesure sont une solution toute trouvée. Archea est à l’origine d’un projet qui allie le côté pratique et esthétique. Comme une évidence, le jeu de matières et de couleurs rend cet agencement majestueux.

Penderie : une penderie sur-mesure est une idée qui devrait faire l’unanimité. Fini les manteaux qui trainent dans l’entrée, grâce à l’optimisation de la sous pente de l’escalier. Côté déco, une surface entièrement vitrée peut être une bonne idée pour apporter de la luminosité et donner une impression d’espace.

Pièce : si la surface au sol vous le permet, pourquoi ne pas créer une pièce supplémentaire. Ce petit coin pourrait par exemple se prêter à l’installation de nouveaux sanitaires. Seule contrainte, pour que le projet soit viable, s’assurer qu’il soit possible de raccorder les arrivées d’eau.

Boudoir : souvent synonyme d’attente, le bas de l’escalier se prête parfaitement à l’installation d’une banquette. Intégrée à la structure et agrémentée de coussins, cet endroit sous pente, presque dissimulé, inspire à la rêverie.

©AGEM

Lorsque le gain de place n’est pas une priorité, pourquoi ne pas simplement profiter de cet espace vacant pour le sublimer. Une vitrine où présenter de beaux objets, une galerie où exposer quelques tableaux chinés, ou même un petit recoin dans lequel des plantes vertes pourraient venir se nicher. Pour utiliser cet espace bien trop souvent négligé, le plus dur reste encore de se décider.

 


Hellocasa fait son trou à Toulouse

Hellocasa va réaliser tous vos travaux en toute simplicité !  Hellocasa propose une solution simple pour réaliser tout type de travaux à domicile. Du simple bricolage aux travaux de rénovation, il s’occupe de tout et propose de nombreux forfaits : changement d’un robinet ou d’un mitigeur, rénovation de la salle de bain, peinture des murs et des plafonds, montage et pose des meubles de la cuisine… Des prestations réalisées par des professionnels triés sur le volet.

 

©Hellocasa

 

Sur Hellocasa.fr, commandez en quelques clics tous vos travaux simplement et trouvez une solution à votre besoin parmi un éventail de prestations forfaitisées. Hellocasa s’occupe de tout de A à Z :

  • Des interventions du lundi au samedi, de 8 heures à 20 heures.
  • Un délai d’intervention de 48 heures.
  • Une garantie « satisfait ou refait ».

    Testez notre code de réduction de 20 € pour toute commande supérieure à 100 € : HELLOFILENDECO
    hellocasa.fr

 

©Hellocasa