Bauhaus, le centenaire d’une révolution artistique et sociétale

Le Bauhaus célèbre en 2019 ses 100 ans d’intemporelle modernité. Retour sur…

Le Bauhaus célèbre en 2019 ses 100 ans d’intemporelle modernité. Retour sur les fondements et l’histoire d’un mouvement artistique majeur.

Bauhaus. De « bau » construire et « Haus » la maison. Fondée en 1919 à Weimar en Allemagne, l’école du Bauhaus a révolutionné l’art de créer et de penser la peinture, l’architecture, les arts décoratifs, le design, l’urbanisme. Le Bauhaus proposait en effet une vision et un enseignement intégrés des beaux arts et de l’artisanat : un concept inédit et un brin tendancieux dans l’Allemagne d’après-guerre (la première), où l’école du Bauhaus, sur fond de quête de modernité et de fêtes débridées, appelait à un nouvel ordre intellectuel et social.

DR
© DR
Du Manifeste aux concepts clefs

Dans le Manifeste du Bauhaus, le fondateur du mouvement Walter Gropius affirme que « le but final de toute activité plastique est la construction » et qu’il « n’existe aucune différence […] entre l’artiste et l’artisan ». Le Bauhaus promeut l’union et la synthèse des arts et des technologies autour notamment du concept de « Gesamtkunstwerk » : un bâtiment se conçoit avec mobilier et décoration. Le Bauhaus, c’est aussi et avant tout un style fonctionnel – la forme suit la fonction – et minimaliste – lignes droites et formes géométriques. Les matériaux, notamment l’acier, le verre, le bois, et les structures – barres de métal ou poutres de béton – se dévoilent et la production de masse est un objectif louable. Au Bauhaus, on étudie les matériaux, la théorie des couleurs et le dessin et on forme des artistes-artisans aptes à concevoir des prototypes pour l’industrie. Le début des années 20 se vit au rythme de la croissance économique et des aspirations nouvelles.

© Stiftung Bauhaus Dessau  Foto Thomas MeyerOSTKREUZ
Bauhaus Museum Dessau – © Stiftung Bauhaus Dessau Foto Thomas Meyer OSTKREUZ
Sur les traces du Bauhaus en Allemagne

Berceau du Bauhaus, l’Allemagne en est un musée à ciel ouvert, et pas seulement dans les trois villes qui accueillirent l’école, Weimar de 1919 à 1925, Dessau de 1925 à 1932, Berlin de 1932 à 1933. Quedlinburg, jolie cité médiévale classée Unesco, accueille ainsi la Lyonel Feininger (un des maîtres du Bauhaus, en charge de l’atelier d’impression) Gallery et quelques maisons typiquement Bauhaus aux toits plats et aux formes rondes et rectangulaires.

À Dessau, alors prospère cité industrielle, l’école du Bauhaus, construite en 1926, incarne la vision gropiusienne : association du verre, du métal et du béton, mécanismes ingénieux et lieux de vie communautaire, comme cette cantine et ces chambres d’étudiants où l’on peut aujourd’hui encore déjeuner ou dormir. Les Meisterhauser (maisons des maîtres) ont des airs de villas du XXIe siècle, et la circulaire et panoramique Kornhaus, au bord de l’Elbe, reste, depuis 90 ans, un restaurant couru.

Transférée à Berlin, l’école du Bauhaus est dissoute en 1933 sous la pression des Nazis qui voient le Bauhaus comme un art dégénéré à tendance bolcheviste. La capitale de l’avant-garde conserve les archives du Bauhaus et sera le terrain de jeu politico-architectural de la guerre froide. Dans l’ex-Berlin-Est, la Karl-Marx Allee reprendra certaines signatures ou inspirations du Bauhaus pour glorifier la « nouvelle société » soviétique, tandis qu’à l’ouest, Gropius ou Niemeyer dessinent les bâtiments de l’Hansaviertel, quartier-modèle pour l’exposition Interbau de 1957.

Modèle et pionnier, le Bauhaus, malgré ses (seulement) 14 années d’existence mouvementée, aura marqué son temps et l’avenir.

Bauhaus Museum Dessau – © Stiftung Bauhaus Dessau Foto Thomas Meyer OSTKREUZ
Les icônes du Bauhaus

Directeurs ou enseignants célèbres du Bauhaus : Walter Gropius, Ludwig Mies Van der Rohe, Paul Klee, Vassily Kandinsky… mais peu de femmes, le Bauhaus, avant-gardiste, n’était guère féministe !

Dessinés, réédités, copiés, quelques objets cultes : la lampe de table WG24 de Whilhelm Wagenfeld (1924), la théière de Marianne Brandt (1924), la chaise Wassily ou B3 de Marcel Breuer (1925), les tables gigognes de Josef Albers (1926).


Centenaire du Bauhaus en Allemagne : les incontournables de fin 2019

  • À Dessau : le nouveau Bauhaus Museum, ouvert en septembre et dessiné par les architectes barcelonais d’addenda. www.bauhaus-dessau.de
  • À Berlin : l’exposition « Original Bahaus » de la Berlinische Galerie, rétrospective instructive et interactive autour des projets phares du Bauhaus. https://berlinischegalerie.de
  • Partout en Allemagne : des évènements célébrant les 100 ans du Bauhaus en 2019 et au-delà : l’exposition « The Amateur, from Bauhaus to Instagram » à Hambourg, « Reflex Bauhaus » à Munich… www.bauhaus100.de www.germany.travel/fr

 

Commentaires

×